Le Grenier Ludique, l'application pour louer, vendre et jouer entre voisins.

Plus d'infos

Écologie et jeux de société

ecoscore jeux de société impact environnemental pollution chine plastique

Écologie et jeux de société

Un jeu = 41km de voiture

Et oui, tu te doutais qu’écologie et jeux de société ne faisaient pas forcément bon ménage mais savais-tu à quel point ? Qu’est-ce qu’un trajet de 41 km en voiture ?? (en Peugeot 208, pour ceux qui aiment la précision dans les règles) a à voir avec un jeu de société ?  Tu le sais, nous le savons tous : la majeure partie des jeux de société sont fabriqués en Chine ??. La France ?? et l’Europe ?? étant les plus gros consommateurs, cela implique donc énormément de transport ??? (et oui, c’est pas tout près).

Un jeu de société fabriqué en Chine ?? émet le même taux de carbone que si tu faisais 41 km en voiture (oui, oui) ou si tu envoies 215 mails ?… Quand on sait qu’en France, plus de 30 millions de jeux de société ont été vendus en 2020 d’après l’Union des Éditeurs de Jeux de Société (UEJ), ça fait beaucoup de kilomètres et beaucoup de mails envoyés.

En 2015, sur 10 jeux commercialisés en France, 6 étaient fabriqués en Asie. Suite au Covid, on a pu observer l’impact du virus sur la mondialisation à cause du retard de nombreux jeux de société qui ont vu leur sortie décalée. Les usines étaient surchargées, les matières premières venaient à manquer. On a aussi eu des problèmes de transport avec le blocage de l’Evergreen. Toutes ces histoires ont d’ailleurs contribué à une hausse globale des prix des jeux de société. Pour autant, aucun changement dans la conception n’a été évoqués par les grandes entreprises.

L’impact écologique de tes jeux de société

Vous n’en avez peut-être pas conscience mais nous jouons en moyenne 4 à 5 fois à un jeu de société de type plateau. Ensuite, le jeu reste au fond d’un placard et prend juste la poussière. C’est d’ailleurs une des raisons qui nous a poussé à créer Le Grenier LudiquePourquoi acheter un jeu pour si peu d’utilisations alors qu’un de tes voisins le possède peut-être juste à côté ?

On peut se poser la question suivante : si on tente de l’appliquer à un autre domaine, achèteriez-vous un vêtement ou une paire de chaussures pour le porter juste quelques jours ? Si on l’achète, n’est-ce pas parce qu’on l’apprécie et qu’on a envie de l’utiliser le plus possible ?

Un marché en surconsommation ?

Aujourd’hui, le marché du jeu de société est dans une phase de course à la consommation. Il y a plus de 1000 nouvelles sorties rien qu’en France chaque année. On peut se demander si la quantité n’a pas déjà pris le dessus sur la qualité. Ci-dessous sur un graphique publié par un utilisateur de BGG, on peut voir la progression du nombre de sorties de nouveaux jeux de société chaque année dans le monde. La part consacrée aux extensions est indiqué en orange. Ce nombre d’extensions en nette augmentation est également un symbole fort de cette course à la consommation. Certains éditeurs ont déjà prévues toutes les futures extensions et la place dans les boîtes de base avant même la sortie de leur jeu alors que la fabrication et le transport aurait pu être mutualisés…

Source : BGG

L’impact environnemental des jeux de société lors de sa fabrication prends en compte plusieurs paramètres :

  • le lieu de fabrication, 
  • les matériaux utilisés,
  • la provenance des matériaux.

En effet, la plupart des jeux de société contiennent au moins une pièce en plastique. Hasbro a d’ailleurs été un des premiers éditeurs à s’engager et à supprimer complètement le plastique de ses jeux de société. On parle des pièces de jeux, de l’emballage plastique des cartes ou mais aussi de l’emballage individuel de ses boîtes.

Une piste très intéressante mise en lumière par Ludovox : diminuer la taille des boîtes de jeux et repenser leur contenu

Source : Ludovox

Pour y voir plus clair, l’étude s’est penchée sur trois cas-types, le petit jeu comme The Crew ou Twin it, le jeu moyen, du format de Chakra ou Draftosaurus, et le gros jeu, comme Outlive ou Root. En valeur absolue, sans surprise, il apparaît que plus le jeu est petit, plus son impact écologique sera faible. Mais il est intéressant de souligner un détail que l’étude permet de mettre en avant : dans un gros jeu ou un jeu moyen, plus de la moitié du total de l’impact écologique provient des éléments de jeu tels que le plateau, les punch boards, les cartes et les règles, devant la boîte elle-même, et surtout devant le transport. Ainsi, réduire les formats s’avère une réelle source de solutions et là, tout se joue à la conception. Une question complexe pour l’éditeur, d’autant qu’elle restera invisible pour l’acheteur. Tout ce qu’on a choisi de ne pas mettre, par définition, ne se verra pas, tant que cela ne fait pas défaut. Cet effort est sans doute l’un des plus importants que l’éditeur peut pourtant fournir en matière d’écologie et restera difficile à faire valoir.

Ludovox, en référence à l’étude mise en place par l’Union des Éditeurs de Jeux (UEJ)

Ecologie & jeux de société : comment réduire son impact environnemental en amont de sa réception ?

En suivant l’exemple de Hasbro, on s’est donc demandé : comment réduire l’impact environnemental du jeu de société ?

  • Optimiser la fabrication et la conception des jeux. Enlever le surplus de packaging en plastique, réduire le format et le contenu des jeux (hein les boites remplies de vide, on vous voit ! ?). Cela réduirait le poids et aussi le plastique utilisé.
  • Utiliser des matériaux plus respectueux de l’environnement, recyclables et plus durables comme le bois, le carton, le papier qui viennent de forêts durables et certifiées et même utiliser de l’encre végétale.
  • Le lieu de fabrication devrait être la France ou alors en Europe. Cela réduirait la distance avec les distributeurs, il y aura donc moins de pollution avec un transport plus court.
  • On pourrait aller encore plus loin : Gus&Co a proposé de mettre en place pour les jeux de société un système équivalent au nutriscore qui s’appellerait EcoScore. On pourrait savoir sur chaque jeu s’il est fabriqué en France, en Europe, en Asie et si ses composants sont en plastique ou en bois. Être plus transparent pour mieux guider sa consommation. Il a d’ailleurs été lancé en Suisse avec la marque Migros, découvrez leur article juste ici.

Alors, quelles actions augmentent la durée de vie d’un jeu ?

Pour réduire l’impact écologique d’un jeu de société, on peut allonger sa durée de vie :

  • Certains distributeurs de jeux de société donnent leurs invendus à des associations caritatives.
  • Des éditeurs responsables s’engagent à fournir des pièces pour remplacer celles perdues ou cassées et ainsi pouvoir continuer à utiliser le jeu, ne pas le jeter.
  • On peut maintenant louer ou acheter des jeux de société d’occasion grâce au Grenier Ludique pour donner plusieurs vies à vos jeux ! Télécharge l’application si ce n’est pas encore fait 🙂
  • Jouer à ses jeux, tout simplement !

♻️ Ecologie et jeux de société : notre vision

On n’en parle pas assez, mais l’idée derrière Le Grenier Ludique est avant tout de changer nos habitudes de consommation du jeu. On pourra ainsi réguler l’impact environnemental de nos boîtes. C’est pourquoi nous nous concentrons sur la proximité sans envoi. Nous souhaitons développer la location ♻️ pour donner plusieurs vies à un jeu.

➡️ Quelques jeux qui sensibilisent aux thématiques écologiques

Klimato

C’est un jeu de cartes familial, éducatif sur l’énergie et compétitif sur le changement climatique.

Développe la cité la plus écolo de tout Klimato !
L’avenir de la planète est entre vos mains, il est plus que temps de faire votre transition écologique ! Usez de vos cartes sur les ressources fossiles ou renouvelables. Alimenter vos anciennes centrales électriques et produire l’énergie nécessaire à la construction des nouvelles plus écologiques.
Citoyennes et citoyens de la planète Klimato, l’heure de la transition énergétique a sonné ! Prenez chacun·e la tête d’une ville et faites-en la cité la plus écologique possible. Profitez des ressources et de la météo pour construire de nouveaux bâtiments.
Vous gagnez des points de victoire lorsque vous construisez des bâtiments à énergie renouvelable. Attention à la pollution, aux catastrophes et aux villes voisines…
Le gagnant est celui qui aura construit la ville avec le plus de points de victoire. Alors, qui a dit qu’écologie et jeux de société étaient incompatibles ?

Carbone Zéro 

C’est un jeu de plateau de 4 à 9 joueurs. Incarnez des pays pollueurs du monde actuel. Investissez dans des innovations techniques, sociales ou politiques. Réduisez votre empreinte carbone à zéro et gagnez la partie.

En revanche, vous n’êtes à l’abri des actualités, des catastrophes naturelles ou de la terrible épreuve de la globalisation.

Drôles de Déchets

Pas toujours facile de faire le bon tri ! À chaque tour de jeu, une carte « déchets » est retournée au centre de la table. S’il s’agit d’un déchet recyclable à trier et que l’on a la grande poubelle correspondante, il faut saisir la carte le plus rapidement possible et jeter « le déchet » à l’intérieur.

Attention à ne pas se faire doubler par l’un de ses adversaires, car l’un deux possède la mini-poubelle et peut alors contrer ! Le joueur ayant jeté et trié le plus de déchets remporte la partie. Les jeux de société peuvent donc nous apprendre le tri et l’écologie.

Playa Playa

Globalement pas mal d’autres jeux de société de l’éditeur Bioviva sensibilise à des thématiques environnementales comme l’écologie. Joli jeu de mémoire coopératif qui sensibilise à la protection du littoral. On place sur la table les plaques mer et dune et on intercale les plaquettes plages et animaux. On cache les animaux sous les tuiles déchets.

Chaque joueur à son tour jette le dé. S’il montre un animal, il faut enlever une tuile sur l’animal correspondant, ce qui permet de mettre le déchet à la poubelle. Si le dé indique la mer, une planchette plage est retournée, la mer monte ! L’objectif est de récupérer les déchets sur la plage avant qu’ils ne soient recouverts par la mer. Dès que la mer recouvre un déchet, la partie est perdue. Le jeu est plaisant et illustre bien la marée qui monte.

Carboniq

C’est un jeu de cartes convivial, qui vous permet de comparer l’incomparable, jouer avec vos idées reçues pour démystifier le sujet de l’empreinte carbone.

Grâce à un univers drôle et coloré, couvrant tous les aspects de notre vie, le jeu Carboniq vous donne toutes les cartes en main pour réduire durablement votre impact sur le climat, entre amis ou en famille !

Vaut-il mieux passer son dimanche à regarder tous les épisodes de «Plus Belle la Vie» en streaming ou partir visiter Marseille en chair et en os ? S’acheter le dernier ordi ultra puissant ou partir faire une croisière sur un paquebot 6000 places ?

Les chiffres sont issus de réelles données scientifiques . Chaque valeur d’empreinte carbone a été établie à partir de données vérifiées scientifiquement, issues de la base GES de l’ADEME et des rapports du GIEC, mais également extraites de rapports et articles de la littérature scientifique la plus à jour.

Un jeu de 100 cartes, à dégainer à l’apéro, en repas de famille, ou autour de la machine à café, pour challenger vos amis, vos collègues, votre mamie, votre voisin, votre factrice, votre banquière, ou votre propriétaire… bref qui vous voulez. De toute façon tout le monde est concerné !

Alors, que penses-tu de tout ça ? As-tu remarquer des initiatives de certains éditeurs pour s’améliorer de ce côté-là ? En tout cas, le secteur est en train de s’éveiller et les nouvelles initiatives ne pourront être que saluées. On ne peut qu’espérer qu’écologie et jeux de société seront bientôt de bons amis et pour cela, on vous invite à télécharger notre application et à donner une seconde vie à vos jeux.

L’équipe du Grenier : Marine / Illona
1200 600 Marine du Grenier

Marine du Grenier

Dans la vie, je travaille pour alimenter les réseaux sociaux ou la présence en ligne de grandes marques. Bref, je suis dans la Pub. J'avais besoin d'une activité qui me ressemble plus, qui soit plus réelle et concrète, puis je suis tombée dans les boîtes de jeux de société. Je me suis cogné la tête contre des jeux tous plus beaux, plus inventifs et plus divertissants les uns que les autres. Avec Robin, j'ai décidé de créer l'application Le Grenier Ludique... et ses réseaux sociaux, et sa newsletter, et ses partenariats avec le monde ludique, et... qui sait quoi d'autre encore ! Tout ça, sans avoir aucune notion de code, de développement ni même de l'entreprenariat. Mais bon, on ne connaît pas forcément les règles d'un jeu avant d'y jouer. Alors, on recommence et on s'améliore. 😊

Les autres articles de Marine du Grenier

Laisser une réponse