Planète et jeux : enjeux et rôle à jouer

Depuis les 10 dernières années, les Français ont renoué avec les jeux de société. En parallèle, les modes de consommation ont évolué au fil des tendances sociétales : zéro déchet, location, seconde main, éviter la surconsommation, etc. Mais même dans ce secteur du jeu de société, la dictature du Made in China et du plastique persiste. Alors, comment jouer un rôle à son échelle ? Comme allier jeux de société et consommation responsable ?


Des kilomètres de jeux

La majeure par­tie des jeux de socié­té sont fabri­qués en Chine. La France et l’Europe étant les plus gros consom­ma­teurs, cela implique énor­mé­ment de trans­ports. Un jeu de socié­té fabri­qué en Chine émet le même taux de car­bone que si tu fai­sais 41 km en voi­ture ou que l’envoi de 215 mails. Quand on sait qu’en France, plus de 30 mil­lions de jeux de socié­té ont été ven­dus en 2020 d’après l’Union des Édi­teurs de Jeux de Socié­té (UEJ), ça fait beau­coup de kilo­mètres et beau­coup de mails envoyés…

Jeux & écologie : une utilisation occasionnelle

En plus des mil­liers de kilo­mètres par­cou­rus par ta boîte de jeux de socié­té, tu l’u­ti­lises très peu. En effet, nous jouons en moyenne 4 à 5 fois à un jeu de socié­té de type pla­teau. Ensuite, le jeu reste au fond d’un pla­card et prend juste la pous­sière. C’est d’ailleurs une des rai­sons qui nous a pous­sés à créer Le Gre­nier Ludique. Pour­quoi ache­ter un jeu pour si peu d’utilisations alors qu’un de tes voi­sins le pos­sède peut-être juste à côté ?

Les avantages de la location de jeu : une alternative écologique

La loca­tion via l’application Le Gre­nier Ludique est un excellent moyen pour ren­ta­bi­li­ser ses boîtes en tant que pro­prié­taire de jeux de socié­té. En tant que loca­taire, c’est une manière de tes­ter avant d’acheter, pour être cer­tain de sa consom­ma­tion ou de réduire ses dépenses et son impact envi­ron­ne­men­tal en louant pour un usage unique.

Les jeux Made in France/Europe

Si on sou­haite tout de même se tour­ner vers l’achat tout en consom­mant res­pon­sable, il est pos­sible de s’orienter vers des jeux fabri­qués en France ou en Union Euro­péenne. En France, c’est notam­ment le cas des édi­teurs Jeux Opla (Lyon), Robin Red Games (Cor­rèze) ou encore Blam Édi­tions (Haute-Savoie).

Exit le plastique

Aujourd’­hui, 10 tonnes de plas­tique sont pro­duites chaque seconde dans le monde et 1 tonne finie dans les océans toutes les 2 secondes… Mal­heu­reu­se­ment, moins de 2% des plas­tiques usa­gés sont recy­clés. D’ailleurs, tu dois cer­tai­ne­ment connaître le 7ème conti­nent, (pas le jeu Kicks­tar­ter), cet amas de plas­tique déri­vant à la sur­face de l’O­céan Paci­fique. Sa super­fi­cie est équi­va­lente à TROIS FOIS celle de la France. 😢

Le suremballage plastique des jeux de société

Le monde ludique com­mence à prendre conscience de l’im­pact envi­ron­ne­men­tal concer­nant la pro­duc­tion d’un jeu de socié­té. On prend sur­tout conscience que le plas­tique fait par­tie tel­le­ment par­ti de notre vie qu’on va jus­qu’à le retrou­ver dans les jeux de socié­té. Que ça soit dans le sur­em­bal­lage avec les boîtes sous blis­ter, les sachets plas­tiques qui contiennent les pions ou encore les films plas­tiques qui emballent les cartes. Ça ne s’ar­rête pas à l’emballage puisque les élé­ments du jeu en eux-mêmes sont par­fois en plas­tique : pions en plas­tiques, cartes plas­ti­fiées ou encore des pla­teaux ou sup­ports faits à par­tir de plas­tique. Cer­tains édi­teurs ont d’ailleurs annon­cé le retrait du plas­tique de leurs jeux de socié­té. C’est notam­ment le cas du géant Hasbro.

Comment utiliser le plastique à bon escient ?

Cepen­dant, le plas­tique peut par­fois contri­buer à pro­lon­ger la durée de vie d’un jeu de socié­té. Il existe notam­ment des petites pochettes plas­tiques indi­vi­duelles — des sleeves — pour pro­té­ger ses cartes et ain­si évi­ter qu’elles deviennent illi­sibles ou cor­nées à for­cer d’être mani­pu­lées. L’a­vè­ne­ment de l’im­pres­sion 3D aide éga­le­ment dans ce pub. On peut désor­mais réim­pri­mer des pièces per­dues pour conti­nuer à jouer avec son jeu, au lieu d’en rache­ter un. C’est notam­ment l’i­ni­tia­tive de la marque d’im­pri­mantes 3D Dago­ma, qui a lan­cé Toy­Res­cue en 2019.

Les alternatives au plastique dans les jeux

Pour contrer cet impact néga­tif du plas­tique, les joueurs de jeux de socié­té essayent de trou­ver des alter­na­tives pour réduire leur consom­ma­tion de plas­tique. Pour cela, il existe des jeux de socié­té qui ont leurs pièces tota­le­ment faites en bois ou à par­tir de maté­riaux recy­clés. Les pièces en bois peuvent même être fabri­quées avec du bois pro­ve­nant de forêts fran­çaises et ensuite décou­pé dans des usines situées en France pour réduire tout impact environnemental.


Dans tous les cas, le plas­tique doit être uti­li­sé intel­li­gem­ment. Il peut être très utile pour sa lon­gé­vi­té mais s’il peut être rem­pla­cé, c’est sans doute qu’il n’a pas sa place dans ton jeu de socié­té. ☺️

Et toi ? Tu connais des ini­tia­tives inté­res­santes en matière de déve­lop­pe­ment durable dans les jeux de socié­té ? N’hé­site pas à nous signa­ler un édi­teur qui prend la parole sur ce sujet par exemple, ça nous intéresse ! 🙏