Greenville 1989

Et si vous plon­giez la tête la pre­mière der­rière le miroir, pour décou­vrir des canards et des tem­pêtes apo­ca­lyp­tiques ?… Racon­tez-nous votre his­toire ! 🧡

👪 3–6 p.
🍼 16+
⌛ 30 min
💡 Flo­rian Fay
🖌 David Sit­bon
🏠 Sor­ry We Are French
📦 Coopé­ra­tion

Green­ville est un jeu de coop, et c’est bien chouette !… Chaque image du jeu est un pré­texte pour ima­gi­ner une his­toire. En fai­sant preuve d’imagination, et gui­dé par les belles illus­tra­tions du jeu, il faut essayer de faire naître une ligne direc­trice dans sa nar­ra­tion pour que le “conteur” puisse choi­sir la carte qui cor­res­ponde à la suite de votre his­toire. Si vous aimez ima­gi­ner des uni­vers, vous aurez dans Green­ville assez de contraintes pour racon­ter quelque chose de construit et d’inspirant.

L’a­vis d’I­niz du Gre­nier Ludique
On a aimé l’am­biance sombre qui rap­pelle Stran­ger Things. Les illus­tra­tions sont vrai­ment magni­fiques et ont la par­ti­cu­la­ri­té de faire écho entre elles : on peut trou­ver dans une carte repré­sen­tant les ruines d’une mai­son aban­don­née un cadre illus­trant un pay­sage figu­ré sur une autre carte du jeu ! On a aus­si par­ti­cu­liè­re­ment appré­cié inter­fé­rer dans les his­toires des autres en sabor­dant leur uni­vers (ahah !). Très bon jeu donc, mais il faut abso­lu­ment être en com­pa­gnie de joueurs pas­sion­nés qui acceptent de s’in­ves­tir dans une nar­ra­tion.

📷 : @sgtpepere